ACCD'OM
GUADELOUPE – MARTINIQUE – GUYANE – LA REUNION – MAYOTTE – POLYNESIE FRANCAISE – NOUVELLE CALEDONIE – WALLIS ET FUTUNA – SAINT PIERRE ET MIQUELON - SAINT MARTIN - SAINT BARTHELEMY
Le Développement Durable et Solidaire :
Toutes les collectivités de l’outre mer ont besoin du Tourisme comme composante importante de leurs économies. La préservation de la biodiversité faunistique, floristique et des paysages, plus riche que celle de toute l’Europe continentale réunie, est donc d’une importance capitale.
 
Forte de cette réalité, l’ACCD’OM se mobilise dans cette voie :
 
L’association est adhérente et membre du Conseil d’administration du Comité 21 depuis 2002
 
Nous avons édité en 2006, avec le Comité 21, un kit de formation à la démarche d’Agenda 21 pour nos élus. Début 2008, l’association a obtenu un agrément comme organisme de formation des élus. Elle n'a pu développer cette activité seule et envisage de le faire avec l'association des Eco-Maires.
 
Depuis plusieurs années, l’association se préoccupe de la situation de la Fonction publique en Outre Mer. Elle a organisé em juin 2013 une rencontre avec tous les Centres de Gestion des Outre-Mer.
 
Elle travaille en étroite collaboration avec les associations locales des Maires, avec l’AMF et en partenariat avec la FNSEM, l’APVF, l’AFCCRE dont elle est membre du Comité Directeur et les Eco-Maires.
 
Elle souhaite être un partenaire objectif des pouvoirs publics pour réfléchir sur les problèmes des collectivités locales et sensibiliser les autorités publiques aux singularités ultramarines. Porte parole de ses adhérents, l’ACCD’OM veut être utile au développement général de l’outre mer en confortant son rôle d’acteur, force de proposition et d’action, en devenant un interlocuteur privilégié des pouvoirs publics.
Force de propositions et d’actions :
La coopération régionale est une donnée importante d’insertion et de partage dans chacune des régions d’influence de l’association que sont la zone Pacifique (Polynésie et Nouvelle Calédonie), la zone Antilles-Guyane (les DFA) et la zone Océan Indien (La Réunion et Mayotte). C’est dans cette dernière zone que des actions ont été menées avec les Seychelles et des projets en cours d’élaboration avec Madagascar et les Comores. 
 
L'association des Communes et Collectivités d'outre Mer (ACCD'OM), a décidé de passer à une nouvelle étape de son évolution.
 
En effet, après avoir fonctionné sur le principe du bénévolat à partir d'une présidence tournante depuis 1991, l'association s'est dotée d'un Secrétariat Général permanent en 2002, toujours sur la base du bénévolat et, à partir de 2007, le Conseil d'administration a décidé de professionnaliser un poste de Délégué Général, confié à Monsieur Lilian MALET qui a occupé les fonctions de Secrétaire Général de 2001 à 2007.
 
Il a également pris la décision d'installer le siège social de l’association à Paris et d'y ouvrir des bureaux. Cette décision fait suite à une modification des statuts permettant, notamment aux collectivités provinciales, départementales et régionales d'adhérer.
 
L’objectif est de rapprocher l'ACCD'OM des centres de décisions nationaux et européens, de mieux sensibiliser les pouvoirs publics aux singularités ultramarines, de conforter son rôle de force de propositions et enfin, de devenir un interlocuteur privilégié sur tous les grands dossiers importants pour le développement des régions d’outre mer.
 
A partir de 2012, l'association est en partenariat avec l'IFREMER sur la problématique de l'exploitation des ressources marines et sous-marines qui concerne tous les terriroires. Une conférence, principalement a destination des élus, sera organisée dans chaque territoire. La première s'est tenue à La Réunion en 2012, la deuxième est programmée pour juillet 2013 en Polynésie Francaise.
L'objectif est double, informer les élus du potentiel et des risques, notamment écologiques, s'assurer que l'exploitation bénéficie en priorité aux populations locales.